Le podium des sujets tabous en CAP

Le podium des sujets tabous en CAP

Le podium des sujets tabous en CAP !

Aujourd’hui, je vais m’adresser aux coureurs, car oui vous êtes nombreux(ses) ! 
On va parler des petits sujets tabous qui touchent la pratique de la course à pied. Vous les connaissez tous, vous avez sûrement tous déjà entendu parler des sujets que je vais vous énumérer.

Le pipi d’avant course

Je te laisse te mettre en situation : tu t’es inscrit à une course, (peu importe laquelle), une course où tu peux avoir une pression ou même parfois pas du tout. Peu importe la distance, tu sais très bien qu’avant le départ tu vas devoir faire quelque chose d'indispensable pour toi : le pipi d’avant course. 


Je ne te le cache pas, tout le monde fait pareil. C'est pourquoi il y a souvent une très longue file d’attente devant les toilettes… À ce moment, tu ne sais pas forcément pourquoi mais il faut que tu passes par la case toilettes avant de prendre ton départ. Est-ce une habitude ? Du stress ? Ou alors tu as juste trop bu avant ton épreuve... Tu n’es peut être même pas capable de répondre à ces questions, mais une chose est sûre : il faut que tu y ailles.


Le fameux pipi d’avant course est un petit sujet tabou que tous les coureurs connaissent. Maintenant, si tu te posais la question de pourquoi il y avait autant de monde avant une course pour aller aux toilettes, tu as une partie de la réponse.

L’interdiction d'abandonner, on en parle ?

À présent je vais te parler d’une situation que tous les coureurs ont déjà vécue. C’est un sentiment peu agréable mais qui peut révéler une réelle force de caractère : l’interdiction d'abandonner. Celui-ci peut apparaître à tout niveau, que tu fasses un jogging 1 fois par semaine ou que tu fasses des trails de 100 km. À partir du moment où tu cours pour une raison : pertes de poids, évacuer le stress, garder la forme, ou n’importe quelle autre raison : tu auras envie d’atteindre ton objectif. Le simple fait de t'imaginer abandonner te fait te dépasser. 
Cette situation est applicable généralement lorsque tu cours sur une course que tu as préparée pendant des semaines ou des mois pour certains(nes), et pendant laquelle survient un problème (douleurs, malaise, manque de nutrition, etc) = ce sentiment d’échec arrive à grands pas ! Parfois, certains vont réussir à surpasser certaines douleurs, mais d'autres vont être contraints d'abandonner pour leur santé physique. 

Dans les deux cas, il n'y a pas de bonne ou de mauvaise option. Ce que j’essaye de t’expliquer, c’est que peu importe le résultat, si tu as fini ou non, l’important est de t’écouter et d’apprendre à connaître ton corps, ses limites et ce dont il a besoin. Tu feras l’erreur une fois puis, la fois d’après tu sauras et tu ne recommencera pas. Abandonner n’est pas un sentiment agréable mais il nous permet souvent d’apprendre sur nous même et le moyen idéal de connaître ses propres limites.


 

L’âge idéal (ou non) pour la course

Ce dernier sujet, comme tu l’as lu juste avant, concerne l’âge idéal pour courir. On   entend souvent ces phrases : “Je ne vais pas commencer la course à pied à 50 ans”, “Vu ton âge tu ne pourras jamais courir un marathon”. Cher sportif et/ou futur sportif, je suis heureuse de t’apprendre qu’il n’y a pas d’âge pour courir, bien au contraire. La course à pied ne pourra t’apporter que des bienfaits : diminution du stress, renforcement musculaire, gain d’énergie, musculation cardiaque, perte de poids... La seule règle c'est de t’écouter. Personne ne te demande de courir un marathon, si ton plaisir est de courir 5 km deux fois par semaine, alors fait-le. Le seul frein à la course à pied c’est juste ta volonté, si tu le veux alors tu le feras. Il n’y a aucune limite d’âge pour ce sport. 

Tu n’as jamais vu sur une course un/une doyenne courir ? Certes ce ne sont pas les plus rapides (et encore, parfois la tortue ratrappe le lièvre) mais ils ont le mérite d’avoir la même volonté et un point commun important : prendre du plaisir dans leurs pratiques. Alors oui, si tu commences tout juste ce sport, tu ne seras sans doute pas le meilleur au début mais tu pourras évoluer rapidement avec un peu d’entrainement. 

On fait le bilan ?
À présent plus d'excuses, enfile tes plus belles baskets et pars faire ton jogging ! Tu l’auras remarqué : à chaque sujet tabou on trouve une solution et une réponse ;). J’espère que tu te seras reconnu(e) dans certaines situations, que cet article aura répondu à tes questions, et qu’il t’aura donné envie d’enfiler ta plus belle paire de chaussettes techniques et fabriquées en France, pour continuer la course !

Retour au blog

Laisser un commentaire