LIVRAISON OFFERTE À PARTIR DE 50€ D'ACHAT

Nos sportifs en confinement


Au fond de leurs canapés, Célestin, Margaux et Adrien nous parlent de leur quotidien en période de confinement les pieds au chaud dans leurs chaussettes...

 

 

QUESTION/RÉPONSE

 

Avant toute chose, dans quel état d'esprit es-tu en cette période très spéciale ? 

[Célestin GUILLON] : Honnêtement c'était très très compliqué pour moi au début. J'étais prêt physiquement et mentalement pour ma saison de vélo. Mes 5 premiers jours de course étaient plus que prometteurs. Mon entraîneur (Paul Bergé) a fait du bon boulot. Mais malheureusement on se retrouve à l'arrêt, du jour au lendemain à rester chez soi, chose que je ne supporte pas. J'ai pas mal réfléchis, pensé à tout, à rien, à la suite des événements, des dates de reprise etc... mais on a rien alors Paul a décidé de me faire couper. Une routine s'est installée et ça me permet de rythmer mes journées. Ça va un peu mieux même si j'ai une envie monstre de retourner dehors, d'avoir cette sensation de "liberté".

[Margaux CADOL] : Bizarrement je me sens assez détendue vis à vis de la situation. Je me pose pas trop de questions quant au « début » de la saison. Je me rassure en me disant que tout le monde est dans la même situation et que si on en est là c’est pour le bien de tous. Donc on s’adapte tout simplement. J’ai la chance d’être en famille chez mes parents, dans l’Allier avec mon copain. On est en pleine campagne, ils ont un grand extérieur, c’est un cadre assez agréable pour un confinement. 

[Adrien LEROUX] :  Cette période de confinement a été très dure à encaisser, mais pour le bien de tous et vaincre ce fichu virus, il n'y a pas le choix que de rester chez soi. J'ai pris un gros coup au moral la première semaine. Puis, j'ai décidé de rester motivé coûte que coûte en entretenant la forme du moment, mais en restant prudent car les échéances ne seront pas pour tout de suite.

 

#RESTEZCHEZVOUS

@celestingn

Que ce soit pour le cyclisme ou le triathlon, ne pas sortir de chez soi impose d'adapter son entrainement, peux-tu nous donner ta routine sportive ?

[Célestin] :  Et bien dans un premier temps j'ai eu besoin d'éloigner le bike. Je ne suis pas monté dessus pendant 10 jours. Cela m'as permis de faire une petite coupure physique mais aussi mentale pour bien m'adapter et prendre conscience de la situation. Après tous les jours je fais entre 40 minutes à 1 heure de gainage, PPG, corde à sauter avec des copains par visio (franchement ça motive!!). Et puis progressivement je vais remonter sur le home-trainer. Mais vu que je déteste ça, on trouveras des alternatives. De la marche, des footings à pied, suivi de 20 minutes à 1h d'home-trainer. Sans oublier le gainage et la PPG (#bodysummer). 

[Margaux] : Mon entraîneur m’a envoyé un programme home-trainer/renfo que j’adapte en fonction de mes envies et ma motivation. C’est déjà assez contraignant de s’entraîner sur home-trainer tous les jours alors j’évite de le faire à contre cœur. Déjà on a décidé de garder un rythme en se levant à 8h30 chaque matin et en se couchant à 22h30. Ensuite on essaie de faire une activité physique par jour, souvent en début d’après midi. 

Je fais de l’home-trainer minimum 1 jour sur 2. Du renforcement musculaire quasiment tous les jours sous forme de circuit training avec du petit matériel. Et on en profite pour bosser le gainage à fond. Si on fait pas de home-trainer on va marcher 30/45 minutes autour de la maison. Et on fait en général au moins 1 journée repos complet dans la semaine. 

 

[Adrien] : Malgré toutes ces contraintes, je continue à m’entraîner de manière adaptée, afin de respecter les règles imposées par le gouvernement. J'alterne dans la semaine du Spin Bike (5 à 6 fois), de la PPG, des footings sur tapis ou dans un rayon d'un kilomètre du domicile (4 à 5 fois). Pour la natation c'est compliqué, je vais en baver à la reprise.*

 

#RESTEZCHEZVOUS


@adrien_leroux_tri

Sans information précise quant à la reprise des compétitions, qu'est-ce qui te motive à rester en forme ? 

[Célestin] : On est dans le flou total. On a aucune date de reprise mais c'est partout pareil. J'avais envie de faire une bonne saison, qu'on entende parler de moi. Et ça je l'ai toujours dans un coin de ma tête alors je m'accroche à ça. Tous les sacrifices de cet hiver me servent à garder la tête haute. Ce n'est qu'une mauvaise passe. Alors je me force à garder une bonne hygiène de vie, une bonne condition physique et dès qu'on sera "libre" je serais prêt mentalement et physiquement pour remettre un coup de collier comme on dit. 

[Margaux] : Je pense que c’est simplement l’envie, le besoin. En fait, j’ai aucun objectif précis en tête, alors quand je monte sur le vélo je me dis que je le fais pour moi, pour mon bien et parce que j’ai envie de le faire. Je sais que tout le monde est dans le même situation, on fera les comptes à la reprise. Et on verra ce qu’il reste à travailler. Mais pour l’instant, je continu de m’entraîner chaque jour en me disant qu’il faut que je sois quand même pas trop ridicule au retour des compétitions. 

[Adrien] : Les échéances de début de saison sont annulées ou reportées, c'est le cas pour le Half Ironman de Marbella (Espagne) et les championnats de France Longue Distance. je reste motivé malgré tout en gardant en tête l'envie de raccrocher un dossard et de se faire plaisir. La suite de la saison s'organisera de manière plus précise une fois le confinement terminé.

 

#RESTEZCHEZVOUS

@margauxcadol

 

En cette période de confinement t'es plutôt saucisson/bière ou fruits sec/jus de citron ? 

[Célestin] : Et bien franchement je me surprends moi même! Je fais la cuisine, je mange sainement, un peu de saucisson pour le moral une fois par semaine avec sa bière mais c'est tout! ;). Le confinement change les individus! Je m'inflige cette rigueur pour être prêt dès la reprise! 

[Margaux] : Honnêtement, je suis plutôt en mode fruit sec/jus de citron ! Mais forcément c’est pas tous les jours facile. Déjà parce qu’on a pas les mêmes habitudes alimentaires avec mes parents, aussi parce qu’on a tendance à avoir tout le temps faim lorsqu'on s’ennuie. Du coup on essaie de toujours s’occuper pour pas grignoter. On joue aux cartes, on regarde des séries, on joue aux raquettes. On a même eu la chance de faire de la luge dans le jardin (il a neigé dimanche). On essaie de garder le rythme et la ligne quoi!

[Adrien] : Un peu les deux en ce moment, il faut bien se faire plaisir et lâcher prise dans ces moments compliqués. Mais je garde en ligne de mire que les compétions se rapprochent, alors pas trop d’excès non plus.

 

"Et vous, ça se passe comment le confinement ?"

*Racontez-nous votre quotidien de sportif en confinement!


Laissez un commentaire